Make your own free website on Tripod.com

 

 

Opened : OUVERT

 

Traduction : JULIA GAILLARDON

Les réverbères reflétaient ce jaune curieux

comme s'ils avaient capturé de coucher du soleil

et voulaient que personne

N'oubliât jamais.

 

En Attendant le bus, le type à côté de moi a remarqué que

le vieux clochard devant l'entrée du magasin n'avait pas bougé du tout.

 

Il a commencé à noter des détails, me pousse du coude a chacun

De ses commentaires fascinés sur cette diforme, dégoûtante

bibliothèque de chiffons.

 

Je n'avais rien à dire, mais ce type a été ravi....

approcher le corps avec un mélange enfantin de secousse et de saveur.

 

Les autobus sont arrives, leurs portes s'ouvrant comme le sens vide, passagers

avalés ou crachés selon leur position.

Je ne pouvais pas bouger –

le type a tourné le vieil homme

avec le bout de son orteil.

Rien

(de l'autre cote de la rue les odeurs sauvages de curry

carambolé dans nos narines, effleurés par des revers glacials).

 

Il se touche le cou – fais non de la tete

comme si nous étions deux spécialistes de concert

discutant la maladie de la mort.

 

Il fait courir ses doigts dans les cheveux du cadavre.

Ni sensuel, ni impersonnel

C'était comme une confirmation inévitable

de mielleux, peut-être salaud. Quelques coups

pour ramollir tout ça ....  secrétaire       parental          méticuleux.

Les yeux –

j'ai tendu le cou pour le surprendre

pendant qu'il se debarrassait  des couvercles

 

mais il a vu seulement le bloc du boucher,

la coquille de la cigale de l'été passé.

 

Ses doigts ont couru vers le bas de ce visage sali

atteignant profondément aux racines d'une barbe de quelques jours.

Dans les vêtements enlevant le papier, peigne, une carte de pension.

Deux pièces comme des idées dans les mains d'un marin.

 

Mon complice a placé ces objets autour du cadavre,

son étalage à cette nuit

 

 

 qui s'effondre dans l'antimatière souillée.

 

Pour finir a légèrement arranges ses vêtements

une parodie a l'ordre bien enroulee.

L'obscurité laissée à trois

et tenir le premier rôle sans valeur dans cette exposition essoufflée,

nous enseignant la fragilité

dans nos petites vies d hiver .

 

 

Il ne reste rien, dit-il

étonné et enrichi

de cette fulgurante illumination.

 

Pour être honnête, plutot envieux,

je laisse cette merveille intacte.

Mes mains ne pourront jamais jouer cette musique.

L'autobus 378 est arrive

Et finalement, de nous il ne reste rien non plus.

 

 

Magasins Canadiens :

www.abovegroundtesting.com

www.bcsupernet.com/users/ascent

 

Home